Warning: Illegal string offset 'home_label' in /home/scohandball/public_html/wp-content/themes/scohandball/functions.php on line 28
Vous êtes ici ://#COVHSCO : les Angevins s’inclinent d’un but (31-30) !

#COVHSCO : les Angevins s’inclinent d’un but (31-30) !

2020-02-17T15:21:21+01:0017/02/2020|

Pour le deuxième match de la phase retour, le SCO se déplaçait à Vernouillet, une équipe qu’il connait bien pour l’avoir affronter à de nombreuses reprises. Lors du match aller, ce sont les Vernolitains qui s’étaient imposés à Jean Bouin sur le score de 32 à 36. 

Le contexte

Une semaine après la victoire sur le fil contre le CPB Rennes, le SCO rencontrait de nouveau une équipe qui l’avait battu lors de la première phase : le club omnisport de Vernouillet. Lors du match de la phase aller, les Angevins avaient subi les fortes individualités Vernolitaines, incapable de contrer les forces offensives adverses, le SCO s’était incliné. Ils avaient la possibilité de prendre le revanche ce samedi. Après sa victoire contre Rennes le week-end dernier, les Angevins avaient la possibilité d’enchaîner dans le but de se rapprocher de plus en plus de l’objectif final : l’accession à la ProLigue.

Le résumé

Dans une salle que les Angevins connaissent bien, pou y avoir joué à de nombreuses reprises, ce sont eux qui donnaient le coup d’envoi de la partie. Sur la première attaque Noire et Blanche, le meilleur buteur du championnat, Grigorios Ioannou inscrivait le premier but du match. Les locaux égalisaient dans la foulée puis les scoistes tombaient dans un véritable trou noir. Avec un Chris Nkuingoua en grande forme ce samedi, les hommes de Guillaume Dupin et d’Issam Tej ne parvenaient pas à inscrire le moindre but, Darko Georgievski par deux fois, Baptiste Mahau et Gillen Lusson étaient en échec face au gardien local (5-1, 7′). Cette période creuse imposait le coach Angevin à utiliser son premier temps-mort. De la dixième minute à la vingtième minute, le SCO faisait jeu égal avec Vernouillet, sans parvenir à rattraper son retard. En fin de première période, les coéquipiers du capitaine Gillen Lusson tombaient de nouveau dans une période difficile avec seulement un but inscrit (Darko Georgievski, 27′) sur les dix dernières minutes. Cela permettait aux Vernolitains de rentrer au vestiaire avec un avantage de 8 buts (17-9, mi-temps).

Au retour des vestiaires, le SCO revenait avec d’autres intentions, grâce à une défense plus agressive et l’entrée d’Hugo Guérinot dans les buts, les Angevins réussissaient à revenir à quatre longueurs de leur adversaire et d’installer le doute dans la tête des locaux. Malgré cela, les Vernolitains tenaient bon et arrivaient à garder cette avance à dix minutes de la fin du match. Mais le SCO n’avait pas dit son dernier mot, les dix dernières minutes de la partie allait être palpitante. Par l’intermédiaire de Gillen Lusson en grande forme sur ce deuxième acte, les Angevins revenaient à seulement deux buts des locaux à deux minutes de la fin du match. Suite à un tir raté des Verts, le capitaine Noir et Blanc marquait et permettait aux siens de revenir à seulement à un but (30-29, 59′). Cependant, le dernier but de Johan Kiangebeni stoppait l’espoir des Angevins. Malgré le dernier but de Darko Geogievski, le SCO s’inclinait sur le terrain de Vernouillet (32-31).

L’Angevin du match : Gillen Lusson

C’est lui qui a redonné espoir à son équipe en seconde période. Malgré une première mi-temps compliquée (1 but pour le pivot), le capitaine Angevin a réalisé une grosse deuxième période avec 12 buts marqués. Il est le meilleur buteur du match avec au total 13 buts sur la rencontre.

La Stat : 15 arrêts

15 comme le nombre d’arrêts réalisés par le portier de Vernouillet Chris Nkuingoua. L’ancien joueur d’Angers Noyant a écœuré ses anciens coéquipiers lors de la première période.

Le mot du coach :

« On a perdu les challenges fixés avant la rencontre. il fallait marquer au moins 35 buts et empêcher Vernouillet de briller en attaque. On a raté trops de shoots, on perd le match en défense en première période (17-9). On remporte la seconde période, 21 à 14, mais un match c’est 60 minutes.  »

Retour aux articles