Vous êtes ici ://Grigorios Ioannou : « Notre équipe est homogène, c’est ce qui fait la force de notre groupe. »

Grigorios Ioannou : « Notre équipe est homogène, c’est ce qui fait la force de notre groupe. »

2019-10-11T18:24:12+02:0011/10/2019|

Une semaine après avoir gagné le match contre ses anciens coéquipiers, nous sommes parti à la rencontre de Grigorios Ioannou qui nous explique son intégration au club et son début de saison. 

Bonjour Grigorios, comment vas-tu ?

Grigorios IOANNOU : « Très bien, nous ne jouons pas ce week-end donc nous sommes au repos, j’en profite pour partir en week-end. »

Nous allons te poser plusieurs questions au cours de cette interview. Tu es arrivés de Grenoble cet été, comment s’est passé ton intégration au sein de l’équipe ?

Grigorios IOANNOU : « On va dire que c’était assez simple, je connaissais déjà quelques joueurs avant d’arriver, Hugo Guérinot, Valentin Tarrico. Les autres coéquipiers sont super sympa, il n’y a pas eu de soucis. Nous sommes un groupe jeune, nous vivons très bien ensemble et ça depuis le début de la saison donc c’est plutôt cool. »

En vous regardant, nous avons l’impression que vous êtes une bande de copains, j’image qu’il doit y avoir un bon esprit d’équipe et une bonne cohésion au sein du groupe ?

Grigorios IOANNOU : « Oui, nous vivons super bien en dehors du terrain aussi, nous allons régulièrement boire des cafés ensemble, on va souvent chez les uns les autres. Après les matchs, nous allons souvent chez quelqu’un pour faire un débrief de la rencontre. Donc ça se sent sur le terrain aussi, nous avons beaucoup de cohésion sur le parquet. Après les deux défaites du début de saison, nous avons réussi à rester soudés sans remettre la faute sur des joueurs individuellement. Nous en avons discuté tous ensemble et nous avons réussi à gagner les matchs d’après. »

L’année dernière tu évoluais en ProLigue avec Grenoble, pourquoi as-tu choisi le projet Angers SCO Handball ?

Grigorios IOANNOU : « Le fait de redescendre d’un niveau était un choix assez compliqué à faire à ce moment-là de ma carrière, je te l’avoue. Mais j’ai beaucoup discuté avec Hugo et Valentin, j’ai aussi énormément échangé avec le coach qui m’a présenté un projet solide et très ambitieux donc il a réussi à me convaincre de signer au SCO. De plus, Guillaume est un entraîneur qui aime bien travailler et qui fait progresser ses joueurs. En plus, il m’a donné beaucoup de responsabilité et aujourd’hui j’avais besoin de ça. L’arrivée d’Issam TEJ a également été un poids dans mon choix, son expérience de joueur de haut niveau nous apporte énormément. Donc voilà, j’ai envie de progresser avec le club et d’atteindre les objectifs ensemble, que ça soit personnel ou collectif. »

Tu connaissais le club avant de venir en Anjou ?

Grigorios IOANNOU : « Oui je connaissais le club évidemment, ce club a une longue histoire de handball. De plus, j’ai déjà joué contre Angers quelques années auparavant lorsqu’il évoluait en ProLigue, j’étais jeune mais je commençais à avoir un peu de temps de jeu donc j’ai pu rencontrer le club plusieurs fois. »

Tout à l’heure, tu parlais du début de saison de l’équipe, ça été un peu compliqué au début avec les deux premières défaites mais vous avez su rebondir en enchaînant trois victoires d’affilée, notamment contre des concurrents directs pour la montée, comment expliques-tu ce début de championnat ?

Grigorios IOANNOU : « On savait très bien que ça allait être compliqué au début. Nous avons eu quelques petits soucis dans l’effectif au début de la préparation notamment avec des joueurs qui sont arrivés tardivement en Anjou. Après, si je ne me trompe pas, il y a neuf arrivées au sein du groupe donc pour créer une cohésion il faut apprendre à se connaître et à jouer ensemble, ce n’est pas évident, ça prend du temps. Donc pour moi les deux premières défaites du début de saison, ce n’est pas illogique. Mais le principal c’est que nous avons réussi à rebondir même si malgré les trois victoires nous n’avons pas encore atteint notre meilleur niveau. Nous avons gagné, c’est bien mais nous savons tous qu’il reste encore du chemin et que nous devons encore progresser ensemble pour réussir notre objectif. »

Tu as joué contre tes anciens coéquipiers Grenoblois le week-end dernier, qu’est-ce que ça fait de se déplacer là-bas en tant qu’adversaire ?

Grigorios IOANNOU : « C’était un sentiment étrange. Après ça fait plaisir de revenir dans une salle pour laquelle j’ai joué pendant une saison. Ça m’a permis de revoir des amis, les coachs, les dirigeants, mais voilà j’ai fait mon maximum pour gagner ce match car maintenant je fais partie d’Angers SCO Handball. J’en ai profité pour titiller un peu mes anciens partenaires avec cette victoire, dans la rigolade bien évidemment. Mais c’est vrai que c’était spécial et ça m’a fait plaisir de les revoir. »

Vous êtes exempts de la Coupe de France ce week-end ça vous permet donc d’être au repos. Le match contre Grenoble a été un vrai duel physique et a provoqué des petites blessures, ce repos tombe au bon moment ?

Grigorios IOANNOU : « Oui ça va nous faire du bien car nous sommes beaucoup sollicités, il y a en effet des petits pépins à droite à gauche. Même si nous avons bien travaillé cette semaine, elle a été  un peu plus tranquille. C’est une période où il faut faire attention car la fatigue commence à arriver, donc il faut avoir une bonne hygiène de vie. J’espère que ces trois jours de repos seront bénéfiques pour pouvoir bien reprendre la semaine prochaine car nous avons un match important à venir à domicile. »

Oui nous jouons Boulogne la semaine prochaine, une équipe qui est aujourd’hui lanterne rouge du championnat. Il faut s’attendre à un match compliqué face à une équipe qui va vouloir aller chercher leur première victoire ?

Grigorios IOANNOU : « Oui c’est une équipe à laquelle nous devons nous méfier. Je pense que dans ce championnat, tout le monde peut battre tout le monde. Chaque match est différent et important. Les résultats d’avant ne veulent pas dire grand-chose. On a commencé par deux défaites et nous avons réussi à nous imposer contre Vernon qui est premier et qui surfait sur une bonne dynamique. Donc il ne faut surtout pas sous-estimer l’adversaire. Il faut être à fond à tous les matchs et donner le maximum. »

Comment vous allez aborder cette rencontre ?

Grigorios IOANNOU : « Nous n’allons pas changer notre base, nous allons travailler sérieusement et rigoureusement pour aller chercher la victoire. Nous allons analyser les différents joueurs de leur équipe ainsi que leur technique de jeu. On va tout donner pour remporter ce match. »

Dernière question Greg, tu parlais au début de l’interview que le coach voulait te donner des responsabilités dans cette équipe et aujourd’hui tu es le meilleur buteur angevin et le sixième meilleur buteur du championnat. On peut dire actuellement que tu assumes ces responsabilités en réalisant un bon début de saison ?

Grigorios IOANNOU : « Oui personnellement c’est plutôt pas mal, après comme je t’ai dit on cherche à se connaître, au début je jouais plutôt arrière et maintenant je suis davantage sur l’aile, le coach cherche le schéma le plus efficace possible. Moi ça ne me dérange pas, je fais ce qu’il me demande de faire, je fais mon maximum. Après oui je suis le meilleur buteur mais je pense qu’il n’y a pas un gros écart avec les autres joueurs et c’est ça qui fait notre force. Tout le monde marque et tout le monde participe, il n’y a pas un joueur qui sort du lot dans notre équipe, ce qui est rare dans ce championnat et dans le handball en général. Donc je pense que c’est ça qui fait notre force. Donc oui je suis meilleur buteur mais pour moi ça ne veut rien dire pour le moment et de toute façon sans l’aide de mes coéquipiers je n’aurais pas marqué autant de buts. Notre équipe est homogène et c’est ça la force de notre groupe. »

Greg, merci d’avoir répondu à nos questions, on te souhaite de bien te reposer pendant les trois prochains jours pour revenir en forme la semaine prochaine pour la réception de Boulogne.

Retour aux articles