Vous êtes ici ://Rohann Koutélé : « J’ai envie de passer un cap »

Rohann Koutélé : « J’ai envie de passer un cap »

2019-02-07T15:34:59+01:0007/02/2019|

Rohann, 21 ans, est arrivé il y a maintenant 8 ans à Angers. Il a passé ses gammes à l’académie, et découvre cette saison le haut niveau, puisque c’est sa première saison avec le groupe professionnel. Il nous raconte son parcours, sa saison ainsi que ses ambitions.

On connaît Rohann le joueur du SCO, mais raconte nous un peu ton parcours ?

« J’ai commencé le handball à l’âge de 11 ans en -14 départemental à St Berthevin en Mayenne. Je suis arrivé à l’âge de 15 ans à Angers Noyant après avoir échouer à entrer au pôle espoir. J’ai toujours fait du hand en parallèle à mes études, et aujourd’hui encore j’effectue ma dernière année dans l’apprentissage supérieur. »

Cela fait 8 ans que tu es au club. C’est ta première année au sein du groupe pro. Comment juges-tu ta première saison ?

« Je suis déjà heureux de pouvoir jouer au à ce niveau. J’ai envie de progresser tant sur le plan physique, que sur le plan mental, car je pense que c’est par là que je pourrais passer un cap.« 

2019 est un début mitigé pour le moment avec une victoire et une défaite. Une défaite qui vous élimine des Play-Offs, puis une victoire qui vous permet de rebondir et de prendre des points en plus pour les Play-Down. Quel est ton sentiment sur ces deux dernières rencontres ?

« De mon point de vue, avec les capacités qu’on a, on avait la possibilité de faire mieux. Notamment face à Vernouillet, mais on a pas réussi ce challenge. »

A ton avis, qu’est-ce qui vous a manqué pour aller en Play-Offs ?

« Il nous a clairement manqué de l’audace et de l’expérience. Nous déjouons souvent dans nos fins de matchs, et ce parce que nous nous reposons énormément sur nos piliers dans les moments difficiles. C’est normal me direz-vous, mais il y a une différence entre se reposer et s’appuyer sur quelqu’un. Le groupe ne profite donc pas pleinement de l’expérience de nos joueurs les plus anciens et ça nous coûte. »

Samedi dernier le SCO a réalisé un match nul à Nogent (24-24).  Dimanche, dernier match de la première phase avec la réception d’Hazebrouck, contre qui nous avions perdu au match aller. Comment aborder vous cette rencontre face à un adversaire qui lui aussi, ira en Play-Down ? 

« Je pense que ce match est plus important quant à notre mental que pour les points à prendre pour les Play-Downs. C’est un peu comme un test de fin de semestre. Pour réussir ce test nous devons jouer notre jeu, et pour ce faire nous devons avant tout jouer en prenant du plaisir. »

Tu as dû suivre les Championnats d’Europe féminin et les Championnats du Monde masculin. Est-ce que cela te fait rêver de voir ces ambiances et ce niveau de jeu à la télévision ?

« Je ne suis plus autant le handball à la télé qu’avant mais quand je vois jouer des joueurs de très haut niveau, je suis toujours fasciné par la justesse du jeu. Je trouve toujours fabuleux ce que certains joueurs arrivent à réaliser, et ce avec une telle facilité. »

Est-ce que tu te dis que, peut-être un jour, tu peux être parmi ceux-là ?

« Je pense que j’en suis encore très très loin, mais rien n’est impossible pour celui qui n’a pas peur d’échouer. »

On peut dire que tu es un enfant du club. Participer à la Lidl Starligue avec le SCO un jour, tu signes ?

« Bien sûr, ce serait quelque chose d’exceptionnel. Maintenant, on est en Nationale 1 et on va se battre pour se maintenir car on a des objectifs à atteindre la saison prochaine. »

 As-tu un mot à dire à nos supporters et nos partenaires qui nous suivent ?

« Pour les personnes qui nous supportent, je suis personnellement heureux de voir que des gens partagent la même passion que la notre, je pense que peu importe le niveau de jeu, avoir des personnes qui nous soutiennent donne de la force à une équipe et cela permet aux joueurs de se dépasser tout en jouant des matchs merveilleux. »

Pour rappel, le prochain match du SCO est dimanche à la salle Jean Bouin (16h), contre Hazebrouck. Ouverture des portes au grand public à 15h.

 

Retour aux articles